Coopérer pour apprendre

Le projet de formation

Le projet de formation repose sur un dispositif coopératif d’apprentissage. Les regroupements des étudiants sont structurés pour analyser le vécu de chacun et produire avec les autres. Le but est de permettre aux stagiaires de vivre ce qu’ils devront faire vivre dans les classes qu’ils auront en responsabilité.

« On n’enseigne pas ce que l’on sait mais ce que l’on est »

La coopération ne peut devenir une vertu de l’enseignant que s’il l’a vécue, éprouvée, expérimentée, testée, etc. Il s’agit bien d’une nouvelle posture de l’enseignant.

De plus celle-ci doit s’effectuer « en contexte » et doit être un choix délibéré de l’enseignant. Le tâtonnement est indispensable dans le cheminement personnel de chacun.

« Aucune, absolument aucune des grandes acquisitions vitales ne se fait par les procédés apparemment scientifiques. C’est en marchant que l’enfant apprend à marcher ; c’est en parlant qu’il apprend à parler ; c’est en dessinant qu’il apprend à dessiner. Nous ne croyons pas qu’il soit exagéré de penser qu’un processus si général et si universel soit exactement valable pour tous les enseignements, les scolaires y compris. »

– Célestin Freinet

Tout processus de formation s’inscrit nécessairement dans un temps long : comprendre et analyser les échecs, expérimenter des pratiques différentes ainsi que leurs effets, participer, en étant accompagné, à des processus de recherche, d’investigation, d’expérimentation. Le plus complexe étant qu’il s’agit souvent de lutter contre ses propres représentations, ce qui nécessite donc confrontation loyale, autres regards, et tâtonnements.